Mandat N° 1 - La civilisation agraire - DIALOGUE & DEMOCRATIE SUISSE

Dialogue & Démocratie Suisse
Aller au contenu

Menu principal :

Mandat N° 1 - La civilisation agraire

Ateliers > Ethique et institution

Commission Ethique / Institution / Mandat N° 1

La civilisation agraire


(Extrait de l’ouvrage : « La Démocratie européenne)

A la question « D’où provenait l’essentiel des richesses depuis le néolithique jusqu’au XVIIIe siècle ? », la réponse est claire : de la terre.

C’est pourquoi, au cours de cette longue période, le pouvoir et la politique se sont organisés autour de la maîtrise de la terre et des hommes qui la cultivent. Dans les vieilles civilisations agraires, l’origine de la puissance réside donc dans un bien rare dont la qualité, de surcroît, dépend de conditions qui échappent pour l’essentiel à la volonté des hommes. C’est pourquoi la possession de la terre a toujours été un privilège que les hommes se sont arrogé.

Même si les hommes ont souvent affirmé le tenir d’un décret divin, la vérité c’est que l’acte d’appropriation de la terre a toujours découlé d’une prise de possession unilatérale défendue par la force. L’homme met en valeur la terre, la terre produit les richesses, les richesses accroissent la puissance de la société, la puissance aiguise les convoitises et le cycle perpétuel des guerres des civilisations agraires se met en mouvement. Lorsqu’une dispute intervient entre les peuples, les nations ou les princes, le recours à la force est une solution normale, puisque le conflit trouve son origine nécessaire dans la maîtrise de la terre, même si parfois la religion a été le motif des affrontements les plus violents : on veut ce que l’on ne possède pas afin d’accroître sa puissance et limiter celle de ses voisins. Les systèmes de coopération internationale dans ce type de civilisation ont toujours été fragiles, parce qu’ils reposaient sur la défense de privilèges.

Retourner au contenu | Retourner au menu